CREER OU ACHETER UNE ENTREPRISE ?

 

Devenir son propre patron est le rêve que caressent bien des salariés mais qu’ils n’osent pas mettre en œuvre faute de savoir comment y parvenir. Faut-il créer ou acheter une entreprise ?

Créer son entreprise

La première solution est de créer sa propre entreprise pour y développer son savoir faire. Des organismes tel l’APCE – association pour la création d’entreprises - apportent une aide qui peut être précieuse pour valider son concept, éventuellement l’améliorer, établir un premier business plan et surtout s’assurer que l’on a la fibre d’un entrepreneur. Etre un entrepreneur ne nécessite pas d’être supérieurement intelligent mais d’être prêt à beaucoup travailler, à savoir – par intuition ou par bon sens - prendre des décisions rapides bien que ne disposant pas de tous les éléments d’un problème, à savoir supporter la solitude du chef. Il faut savoir aborder tous les aspects d’une entreprise : la finance comme la technique, la relation avec ses clients comme avec son banquier, il faut aussi ne pas craindre de reconnaitre ses incompétences et savoir faire appel à des conseillers, enfin et surtout il faut savoir affronter le stress de situations difficiles qui ne manquent pas de se produire dans une entreprise en démarrage. Il est assez difficile de savoir si on dispose de toutes ces compétences tant que l’on n’a pas essayé ! Il faut une part d’inconscience voire d’un peu folie pour se lancer : si on veut avoir réuni à l’avance toutes les garanties de réussite on ne le fera jamais ! Il faut oser et avoir le tempérament à cela, il faut aussi bien souvent avoir le soutient de son conjoint qui sera prêt à supporter les moments difficiles. Mais l’espoir de réussite est le plus puissant des moteurs !

L’acte matériel de la création d’une société n’est pas très compliqué : les chambres de commerce - ou des métiers - ont un service spécialisé qui apportent toute l’aide nécessaire pour une dépense modique. Jusqu’à une époque récente pratiquement toutes les sociétés se créaient sous la forme de SARL du fait qu’elle ne nécessitait qu’un capital modeste et un nombre limité d’associés. La formule de l’auto entrepreneur est maintenant la manière la plus simple et économique mais elle s’avère vite insuffisante dès que l’activité se développe et qu’une embauche est à envisager. Depuis peu d’années la SAS – société par actions simplifiée – qui peut être constituée par un seul actionnaire avec un capital de un euro, dont le contenu des statuts est extrêmement ouvert et le dirigeant porte le titre somptueux de Président, constitue une solution pour qui a un peu plus d’ambition !

Acheter une entreprise

Une autre manière de s’y prendre est d’acheter une entreprise existante que son dirigeant veut vendre pour partir à la retraite ou changer de secteur d’activité. Toutes les qualités requises pour créer sont aussi nécessaires pour acheter mais si on a la chance de disposer d’un petit capital à y consacrer on peut gagner de nombreuses années.

Nombre de sites internet proposent des sociétés à vendre dans toutes sortes de domaines d’activité. Avant de se lancer il savoir précisément ce que l’on recherche. Une recherche trop ouverte n’a que peu de chance d’aboutir : l’offre est très large et choisir fait toujours craindre de passer à côté d’une opportunité plus intéressante. Il faut donc bien se connaître, identifier ses compétences et ses domaines d’intérêt, déterminer quel apport personnel on est prêt à y consacrer, savoir si on est prêt à déménager ou si l’on tient à rester dans sa région. Ainsi il est possible de circonscrire ses recherches. Il n’en reste pas moins vrai que la recherche d’une entreprise à reprendre est un travail à plein temps qui nécessite de larges compétences.

Heureusement des organismes peuvent vous aider à les acquérir : les associations d’anciens élèves de certaines écoles de commerce ou d’ingénieur – si vous avez la chance d’en faire partie - des associations tel le CRA – club des repreneurs d’affaires – ou des sociétés comme fusacq.fr.

Mais la bonne solution est de vous faire aider par un cabinet de conseil en acquisition et cession d’entreprises qui vous aidera à cibler votre recherche en fonction de vos capacités et de vos moyens, prendra des contacts avec des sociétés identifiées en commun et abordera les dirigeants concernés, participera aux négociations, déterminera la valeur de la société retenue, servira de tampon lorsque des difficultés apparaitront dans la relation pour éviter un blocage et ramener les partie face à face – et ceci est peut être la plus importante justification de l’appel à un cabinet extérieur car cela aucun des organismes de formation, aucun des sites d’annonces ne le fera et aux premiers tiraillements la négociation sera interrompue ! - préparera les documents successifs qui ponctuent l’avancement des négociations – lettre d’intention, protocole, garantie d’actifs et de passifs, acte de cession…- en un mot il vous aidera à ne pas rester seul face à l’une des décisions les plus difficiles à prendre de votre vie !

Pierre Chameroy
Gérant
FOC Rapprochement d’Entreprises